Migrants afghans : la forteresse européenne se barricade

forteresse européenne
Migrants et Migrations

Migrants et Migrations

Cet article est un extrait publié dans le site non officiel dédié au journaliste politique, écrivain, essayiste et polémiste préféré des français, Eric Zemmour

Migrants afghans : la forteresse européenne se barricade

Provenance de l’article : L’Express

Légende photo : Des migrants dans le camp de Kara Tepe, en mars 2021, à Mytilène, sur l’île grecque de Lesbos. afp.com/ARIS MESSINIS

Traumatisés par la crise migratoire de 2015, les dirigeants des Vingt-Sept veulent éviter une nouvelle crise après la chute de Kaboul. La question de l’asile aux réfugiés risque d’accroître leurs divisions.

Au plus fort de la crise des réfugiés, le 31 août 2015, Angela Merkel prononce trois mots appelés à marquer l’histoire de son pays : “Wir schaffen das” (“Nous y arriverons”). Convaincue que l’Allemagne peut relever le défi de l’intégration, la fille de pasteur protestant encourage ses concitoyens à les accueillir à bras ouverts – 890 000 demandeurs d’asile, essentiellement syriens, s’installent outre-Rhin cette année-là. Six ans plus tard, le ton a changé à Berlin, alors que l’effondrement du gouvernement afghan laisse craindre une nouvelle crise migratoire.

“Nous ne devons pas répéter l’erreur que nous avons faite dans le passé en ne donnant pas assez de moyens au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et en laissant les gens quitter la Jordanie et le Liban à destination de l’Europe”, explique désormais la chancelière allemande, qui plaide pour une prise en charge des réfugiés “dans le voisinage de l’Afghanistan”.

Depuis la prise de Kaboul par les talibans, le 15 août, les chefs d’Etat européens, à l’image d’Angela Merkel, refusent une arrivée massive de réfugiés afghans. “Les dirigeants des Vingt-Sept sont marqués par la crise de 2015, mais ils sont surtout convaincus de se trouver face à des opinions publiques traumatisées par l’immigration, pointe Jérôme Vignon, conseiller migrations à l’Institut Jacques-Delors. Ils ne sont plus du tout disposés à s’organiser pour l’accueil des réfugiés, comme l’Europe avait pu le faire pour les boat people vietnamiens à la fin des années 1970.” En France comme en Allemagne (où les législatives de l’après-Merkel auront lieu le 26 septembre), les campagnes électorales durcissent encore le discours vis-à-vis de l’immigration.

Redoutant une crise migratoire, les chancelleries européennes veulent reproduire les solutions trouvées en 2016, quand l’Europe a promis 6 milliards d’euros à la Turquie pour qu’elle garde les migrants syriens sur son sol. Cette fois, les Européens comptent sur l’Iran et le Pakistan, où se concentrent déjà 90 % des réfugiés afghans. “Les Afghans fuiront dans les pays proches de chez eux, principalement pour des raisons économiques, estime Matthieu Tardis, chercheur à l’Institut français des relations internationales (Ifri). La solution est humanitaire, l’Europe va devoir aider les pays qui accueillent ces réfugiés, mais cela sera compliqué pour l’Iran, avec qui les relations diplomatiques sont difficiles, et le Pakistan, où la France est directement menacée depuis l’affaire des caricatures…”

Des Européens incapables de s’entendre sur l’asile
Si l’aide humanitaire fait consensus à Bruxelles, la question de l’asile aux réfugiés afghans promet déjà de diviser les Vingt-Sept, incapables de s’entendre sur un pacte migratoire proposé en 2019 par la Commission européenne. “La crise afghane risque d’empêcher toute avancée et de cristalliser les divisions qui existent déjà entre les pays du Nord, comme l’Allemagne et la Suède, qui ont déjà beaucoup accueilli, ceux du Sud, comme la Grèce, l’Italie et l’Espagne, qui restent la porte d’entrée des migrants et des demandeurs d’asile, et ceux qui ne veulent pas accueillir du tout, à l’Est, comme la Hongrie et la Pologne”, indique Camille Le Coz, chercheuse à l’institut Migration Policy.

“A Vingt-Sept, on n’y arrivera pas, il faut que la France et l’Allemagne forgent une proposition et entraînent d’autres pays”, tranche Gerald Knaus, directeur du groupe de réflexion European Stability Initiative. Encore faudra-t-il une “harmonisation des critères de protection” entre partenaires continentaux, comme l’a rappelé Emmanuel Macron dans son allocution du 16 août. D’après l’Elysée, depuis le début de l’année, le taux d’acceptation des dossiers d’asile pour des migrants afghans atteint près de 90 %, contre 63 % pour l’ensemble de l’UE.

Les Européens se sont d’ailleurs gardés de dire s’ils allaient être plus conciliants avec les Afghans se trouvant sur leur sol et ne disposant pas encore d’un titre de séjour – environ 44 000 demandes d’asile sont en cours de traitement, dont 10 300 en France. Faut-il aussi réexaminer la situation des déboutés ? L’Autriche du très conservateur chancelier Sebastian Kurz propose plutôt la mise en place de “centres de rétention” dans les pays voisins de l’Afghanistan, pour y détenir les Afghans expulsés d’Europe, maintenant que les renvois par avion sur Kaboul ne sont plus possibles. “C’est totalement irréaliste, juge Gerald Knaus. L’Iran n’accepte déjà pas les retours forcés de citoyens iraniens…”

“Il n’y aura pas d’arrivée massive en Europe comme en 2015”
Face aux images de détresse venues d’Afghanistan, l’Europe se prépare à affronter “des flux migratoires irréguliers importants”, comme l’a expliqué Emmanuel Macron, dans une formule qui a fait polémique. En réalité, les dirigeants avancent à l’aveugle sur cette question migratoire. “Des déplacements massifs de population avaient déjà lieu au sein même de l’Afghanistan avant l’arrivée des talibans à Kaboul, avec au moins 250 000 personnes sur les routes, mais il est impossible de prévoir l’ampleur de l’exode afghan”, prévient Matthieu Tardis, de l’Ifri.

Au sein de Frontex, l’agence de surveillance des frontières européennes, la prudence reste de mise, comme l’explique son porte-parole, Piotr Switalski : “La pression migratoire pourrait augmenter fortement dans les mois qui viennent, car il est tout à fait possible que les migrants afghans cherchent de nouvelles routes à l’est pour pénétrer l’Union européenne.”

Cliquez ici pour être redirigé sur la page internet de la source

Abonnez-vous à notre nouvelle page Facebook pour être informé de chaque nouvelle publication !

    • Vous venez de lire 50% de l’article


Pour lire la suite et aider le journal qui l’a publié, rendez-vous sur sa source en lien dans l’article

Information complémentaire : Aucune lettre, aucune faute d’orthographe, aucune tournure de phrase n’ont été modifiées mis à part quelques saut de lignes pour faciliter la lecture. L’article est publié à 50% tel qu’il l’a été sur le journal qui l’a émit, et à la même date, avec la même photo d’illustration. Aucun de ces articles présent sur ce site ne sont sélectionnés, choisis, proposé, ou approuvé par Eric Zemmour. Ils le sont par l’équipe du site, en fonction du thème abordé par la catégorie et de la presse écrite, et de l’actualité. Les articles présents sont lus mais leurs sources non vérifiées par ce site ou sa rédaction.

La responsabilité de ces derniers ne pourrait donc être engagée en cas d’information erronée. Merci de votre compréhension. Vous souhaitez proposer un article de presse ? Merci de votre aide ! Utilisez la partie contact du site et envoyez-nous le lien !

Migrants afghans : la forteresse européenne se barricade

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur skype
Partager sur pinterest
Partager sur odnoklassniki
Partager sur telegram
Partager sur vk
Partager sur reddit

Soutenir Eric Zemmour et ce site en faisant une donation

Inscrivez le montant en euros que vous souhaitez donner dans la case ci-dessous et cliquez sur le bouton ci-après pour faire apparaitre la fenêtre de donation. Ce paiement est unique et anonyme, Z-INFO apparaîtra sur votre relevé bancaire

Amount: $  

Aléatoires du mois en cours

ACTUALITÉS - Faits divers

CULTURA ACADEMY, LE RÉSEAU SOCIAL DE LA CULTURE ET ANNUAIRE FRANÇAIS DU STREAMING DE DOCUMENTAIRES

DEPUIS 2016

1€ / Mois ou 10€ à l'année

Un mois offert pour tester le site avec le code :

ERIC2021

Zemmour recommande

Aléatoires de l'année précédente

ZEMMOUR & NAULLEAU

Plus d'épisodes

Souvenez-vous..

Poster des commentaires

Désolé, seul(e)s les Membres du site peuvent publier des commentaires. 

Laisser un commentaire

Information concernant les commentaires et vidéos publiées

Ce site a mis en place un système de commentaires anonymes, géré par l’Administrateur du site et des Zemmourien(e)s bénévoles. En aucun cas ce site ou quelque admin/bénévole qu’il soit ne saurait être tenu pour responsable, suite à la publication d’un commentaire malveillant. Aucune modération n’est faite si ce n’est le respect des CGU du site et quelques règles de publication. Cela autorise des débats de meilleures qualités sur un sujet évoqué, avec le moins d’abus possible, et permet d’identifier plus facilement une personne en cas de propos répréhensibles par la loi. Les limites de lettres par commentaire sont de 150 minimum, 1500 maximum.

Rappel : Ce site n’héberge aucune vidéo sur ses serveurs. Celles-ci proviennent de différents liens sélectionnés pour leur qualité, provenant des chaines des ayant-droit elles-mêmes, et de différentes plateformes d’hébergement publiques et gratuites à travers le monde (Youtube, Dailymotion, Viméo, Rutube, Google Drive, Dropbox, etc..). Ces liens vidéo sont, quand la source n’est pas officielle, uniquement reliés à notre lecteur de vidéo au design adapté aux couleurs du site. Si vous constatez que la vidéo de cette page est supprimée, ou que vous avez un nouveau lien de remplacement à proposer, ou de meilleure qualité, cliquez une fois seulement sur le bouton « Envoyer une alerte ». Merci de votre compréhension, et de votre aide.